04 novembre 2010

 

Date

Titre

Météo

dist, dén, diff

04/11/2010

Les Coteaux de Chignin

Grand soleil

Km           :   13
dénivelée :   365 m
difficulté   :   moyen

 

Toutes les conditions sont réunies pour une belle matinée de randonnée.
Il fait un peu frais sur le parking de Ste Hélène « grâce » au lac qui vaporise de la brume.
Mais à Montmélian, le ciel est parfaitement dégagé et le soleil brille généreusement.
Il est vrai qu’il est « une heure de plus » depuis dimanche.
Aujourd’hui, nous partons pour une grande boucle de Montmélian aux confins de Chignin sur le coteau exposé plein sud, sous le menton de la Savoyarde.
Nous montons d’abord au-dessus du cimetière-parc de Montmélian avant de bifurquer plein ouest sur un chemin un peu caillouteux qui, de montées en descentes, nous fait dominer le vignoble qui commence à prendre ses couleurs magnifiques d’après vendanges.
Ici, point de balisage, et il faut jouer entre les divers chemins tracés pour les besoins des viticulteurs.
La vue est imprenable (sauf avec un appareil photo) en direction du sud : L’Isère s’enfuit vers sa destinée, Les Belledonnes qui ont revêtu la tenue d’hiver sont toujours aussi belles. Quant au Granier, sa Majesté, il domine avec grâce les Marches comme prosternées à ses pieds.
Un moment, la Savoyarde nous apparaît sous son visage habituel, plein de grâce hautaine. Plus tard, nous nous apercevrons qu’elle est pleine de rides….
En contrebas du chemin, les vignes nous présentent leurs quadrillages impeccables, rangs de ceps tendus dans la pente.
Nous arrivons près de vignes disposées en terrasses, un peu comme en Suisse, le Fendant murit au bord du Léman.
Nous redescendons sous ces terrasses et passons près d’une ancienne habitation dont la lente dégradation a heureusement été stoppée. Comme d’autres bâtiments que nous croiserons, elle comporte de belles arcades de pierre.
Thormery. 1er hameau rencontré où les enseignes de viticulteurs commencent à fleurir.
Sur Chignin, 5 crus sont élevés : le Chignin (du Jacquère), le Chignin-Bergeron (le fleuron), la Roussette de Monterminod (en petite quantité) et bien entendu le Gamay de Savoie et la Mondeuse.
Malheureusement, les viticulteurs afférés aux opérations de vinification, ne nous ferons pas goûter le doux breuvage.
Nous voyons maintenant les tours de Chignin, au nombre de 7, et pas toutes en bon état.
Seules deux ont été restaurées dont la tour St Anthelme à l’aspect originel « défiguré ». Elle a été rebâtie aux frais de la Grande Chartreuse dont Anthelme, noble de Chignin, fut le 7ème prieur au 12ème siècle.
Nous pénétrons au chef-lieu en longeant une petite chapelle construite à côté de ce que nous pensons être un ancien couvent.
Nous continuons notre progression vers le nord, droit vers le Mont St Michel où trône la chapelle souvent frôlée par les planeurs de Challes.
A Mont Levin, nous bifurquons vers le Mont Ronjou (525 m sans oxygène) puis vers le hameau du Villard avant de nous immerger (avec modération) au milieu des vignes.
Nous passons sous les tours avant de tutoyer le clos des Moulins et le hameau de Tormery à notre gauche.
Nous prenons ensuite un large chemin au pied du vignoble qui, de demeures en sartos, nous ramène à Montmélian.
Un dernier arrêt à La Maladière, ancienne léproserie au 15ème siècle, sur le tracé antique de la voie romaine.
Puis retour à nos véhicules où Jeannine nous offre de la tarte aux pommes avec un coup de cidre, tandis que Ginette nous abreuve de ….. café.
Il est 12h15, il ne nous reste plus qu’à rentrer et manger le fromage, le plat principal, l’entrée (voire un petit apéro) pour que le repas soit complet….

Belle sortie agréable de par le temps quasi printanier mais aussi de par ses participants.